La CAN tous les 4 ans : Samuel Eto’o rejette l’idée de la FIFA (Vidéo)

L’ex-attaquant camerounais Samuel Eto’o est revenu sur le discours, à Rabat, du président de la Fédération internationale de football (Fifa), Gianni Infantino, sur l’organisation de la CAN tous les quatre ans. Présent dans l’émission « Le débat africain » d’Alain Foka sur RFI, l’ex-star de FC Barcelone dit non à la FIFA sur cette proposition. Pour lui, organiser la CAN tous les quatre ans fera l’affaire des Européens qui « veulent avoir à disposition les Mohamed Salah, Sadio Mané ou Pierre-Emerick Aubameyang ».

Une CAN tous les 4 ans ? « C’est plutôt l’intérêt des Européens »

« La CAN génère vingt fois moins que l’Euro. Avoir une CAN tous les deux ans, est-ce bien sur le plan commercial ? Cela a-t-il permis de développer les infrastructures ? Pensez à l’organiser tous les quatre ans », avait notamment déclaré Gianni Infantino aux délégués des 54 fédérations nationales africaines de football, au Maroc.

Samuel Eto’o a un point de vue bien tranché. « Est-ce l’intérêt des Africains d’organiser une CAN tous les quatre ans ? Je crois que c’est plutôt celui des Européens. Ils veulent avoir à disposition les Mohamed Salah, Sadio Mané ou Pierre-Emerick Aubameyang », avance Samuel Eto’o. « La Fifa défend l’intérêt des clubs européens », insiste l’ancien international.

« Où va-t-on trouver l’argent avec une CAN tous les quatre ans ? »

« Comment va-t-on financer notre football ? Où va-t-on trouver l’argent avec une CAN tous les quatre ans ? », questionne l’ancien « Lion indomptable ». « Nous devons mettre notre football au niveau de celui des Européens. » Et selon Samuel Eto’o, c’est ce que le président Ahmad « est en train de faire ».

Quant à la « mise sous tutelle » de la CAF par la Fifa, Samuel Eto’o ne voit pas les choses de cette façon. « Nous avons demandé l’aide de la CAF pour aller plus vite dans la restructuration », argumente Eto’o, au sujet d’une mission de six mois de Fatma Samoura au Caire.

« Il faut une politique sur le continent africain pour développer les championnats. C’est ce qui permettra aux équipes nationales de ne pas vivre dans le chantage », conclut Samuel Eto’o.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.