Ndèye Awa Ly intimide sa mère avec une arme blanche devant ses enfants

MENACE DE MORT À ASCENDANT

 

Ndèye Awa Ly intimide sa mère avec une arme blanche devant ses enfants

 

 

 

 

 

Ndèye Awa Ly a été décrite hier à la barre des flagrants délits de Grande instance comme une fille qui n’a aucun respect envers sa mère, car elle a osé proférer des menaces de mort contre celle ci. C’est ce qui a valu sa comparution pour menace de mort à ascendant avec armes. Jugée, la prévenue a été condamnée à deux mois assorti de sursis.

 

 

 

 

 

Certaines filles ne connaissent pas la valeur d’une mère et arrivent même à leur souhaiter la mort. C’est le cas de Ndèye Awa Ly, âgée d’une trentaine d’années, qui a osé menacer de mort sa mère, avant de brandir une arme blanche contre elle. Cet acte lui a couté deux mois assorti de sursis, grâce à sa mère qui a affirmé qu’elle l’a pardonnée du fond du cœur.

 

Lors des débats d’audience, la mère est revenue sur les circonstances de sa mésaventure avec sa fille, en soulignant que c’est malheureux que sa propre fille veuille sa mort. «Je voudrais que ma fille me laisse tranquille. Elle est agressive, s’énerve vite, ne me respecte pas et sème la pagaille à chaque fois qu’elle en a envie. Son père est malade, mais elle n’essaye même pas de penser à ce dernier. Je suis sa mère et je l’aime. Si je l’amène ici, c’est parce que je suis à bout. Je veux qu’elle change d’attitude, car je vais bientôt quitter ce bas-monde. Après mon départ, je voudrais qu’elle ait une bonne image vis-à-vis de moi. Une fois, j’ai quitté la maison à cause d’elle pour tout simplement avoir la paix», raconte-t-elle en larmes.

 

Naturellement, Ndèye Awa Ly a tenu une version différente de celle de sa mère pour se dédouaner en soutenant que sa mère n’a pas raconté la vérité. «Je suis une femme respectable, mariée et mère de 3 enfants. Mon mari est démuni, c’est pour cela que je vis jusqu’à présent chez mes parents. Je n’ai jamais menacé ma mère de mort. Cette manigance a été montée de toute pièce par ma sœur, car c’est elle la préférée de ma mère. Cette dernière déteste mes enfants et si elle pouvait, elle ne les verrait plus. Je ne peux pas comprendre comment je pourrai menacer avec une arme, celle qui m’a donné la vie. Ces accusations sont fausses», se défend-elle.

 

Toutefois, le représentant du ministère public a estimé que les faits sont constants et a requis l’application de loi. La victime a réclamé le franc symbolique avant de soutenir que ses petits enfants lui demandent leur mère. Le conseil de la défense, Me Baba Diop, a plaidé une application extrêmement bienveillante de la loi. Rendant son verdict, le tribunal a condamné la prévenue à deux mois avec sursis.

 

 

 

Bineta DIOUF (L’AS)

Coup de gueule de Didier Drogba… Griezmann défie ses dirigeants | La Matinale

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *