Homme De L’Année : Le Ministre Mame Mbaye Niang : Un Fervent Défenseur Des Jeunes

Depuis son arrivée aux côtés du chef de l’Etat avec en bandoulière le stratégique département de la Jeunesse, Mame Mbaye Niang, a fait l’emploi des jeunes son cheval de bataille. En effet, depuis son arrivée, à la tête du département de la Jeunesse, il ne cesse de plaider pour le financement des projets des jeunes, sur toute l’étendue du territoire national, sans parti pris, encore moins de coloration politique.

A en croire le ministre, la solution proposée par l’ANPEJ consiste à accompagner les jeunes qui ont décidé de développer l’auto-emploi à travers des projets déjà ficelés ou en élaboration, pour qu’ils puissent accéder rapidement à un financement.

«Nous allons, dit-il, plafonner les projets (maximum à 2 millions de FCFA) pour impacter plus de jeunes porteurs de projets ambitieux et leur donner l’opportunité de démarrer leurs activités».

 «Ceux qui ne respectent pas ce principe seront soumis à la loi. C’est de l’argent public et on ne peut le distribuer sur la base d’humeur, de sentiment ou d’appartenance. C’est un projet qui est destiné à l’ensemble des jeunes sénégalais», a-t-il prévenu.

Le financement des projets des jeunes amené 1,5 milliard  

 La cérémonie de remise de financements aux jeunes porteurs de projets de la région de Dakar, a servi de tribune, ce mardi 27 décembre au ministre de la Jeunesse, de mettre à la disposition des jeunes de Dakar une enveloppe de 1,5 milliard F Cfa.

 Mieux, selon Mame Mbaye Niang, «il sont plus de 600 jeunes à bénéficier dans un premier temps de ce financement. Une somme de 1,5 milliard a été déboursée pour les jeunes entrepreneurs de Dakar, l’autre moitié servira au financement des projets des jeunes des autres régions du Sénégal».

Pour mieux inspirer les jeunes et leur donner plus de motivation, des modèles de réussite leur ont été présentés.

Ce qui a fait dire au ministre que «les 650 projets financés à Dakar créeront au moins 2500 emplois direct et que les différents projets sélectionnés l’ont été en toute transparence. Seuls les plus méritants et viables ont été choisis», a précisé le ministre.

Les personnes vivant avec un handicap ont également bénéficié de financements. D’ailleurs, le président de la Fédération sénégalaise des Associations de Personnes handicapées, Yatma Fall, a indiqué qu’une douzaine de projets de jeunes ont été financés pour un montant global de 25 millions. Il magnifie ainsi la matérialisation de la politique d’inclusion sociale de l’Etat du Sénégal.
Toutefois pour conclure, le ministre a beaucoup insisté sur le remboursement des financements afin que les autres projets à venir puissent en bénéficier.

Caravane de Vacances citoyennes, une ouvre de construction nationale

Donnant une touche particulière à la caravane de vacances citoyennes, Mame Mbaye Niang, a mis à contribution les jeunes filles et garçons du pays dans une trouvaille appelée la construction citoyenne nationale.

  La caravane organisée pendant chaque grande vacance, va permettre aux jeunes l’opportunité de mettre à profit la période des vacances pour contribuer davantage à l’œuvre de la construction nationale, par la participation à des actions ou prise d’initiatives individuelles et collectives de haute portée citoyenne et républicaine.
D’ailleurs Mame Mbaye Niang annonce qu’un montant de 3 milliards FCfa leur sera alloué pour le financement des projets. Ainsi, il demande à tout jeune porteur de projet d’aller le déposer dans les structures mises en place par l’Etat du Sénégal pour en bénéficier.

Des changements vont s’opérer en effet dans les programmes de vacances citoyennes. «Ils seront marqués par un changement positif de paradigme qui traduit la volonté des plus hautes autorités de s’inscrire dans une dynamique de continuité et de consolidation des acquis enregistrés par nos prédécesseurs au département ministériel», martèle le ministre.

Plus de quatre-vingt activités seront au menu, notamment des camps d’utilité publique sur des réhabilitations d’édifices publics, de reboisement, d’assainissement, visites de réalisation des projets et programmes des départements, visites de Daara, consultations médicales gratuites, des panels sur le civisme et la citoyenneté, des formations en entreprenariat, des visites de collectivités éducatives etc.

En dehors de ces activités, renseigne-t-il, il y a le volet animation avec des concerts. 
Il s’agit, selon Mame Mbaye Niang, de revisiter les valeurs républicaines pour l’inscrire au cœur de leurs actes. Les Vacances citoyennes offrant justement un cadre de partage, de dialogue, de communion et de valorisation.

Sensibilisation des jeunes sur le terrorisme, un sacerdoce 

 

 Le ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Construction citoyenne ne s’est pas arrêté dans le financement des projets des jeunes et dans la sensibilisation pour la construction nationale. Mame Mbaye Niang se lance également sur la sensibiliser les jeunes sur les vraies valeurs de la religion musulmane afin de les protéger contre les acteurs du terrorisme.

«Les responsables de cette atrocité (terrorisme) recrutent une couche de jeunes vulnérables. Les (jeunes) sensibiliser sur les vraies valeurs de la religion musulmane peut être une solution pour les éloigner de ces gens », a-t-il dit.

Il s’exprimait lors d’un atelier de formation des jeunes et femmes sur «la nécessité de promouvoir le libre ensemble face au terrorisme et le radicalisme violent», organisée par l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), la Plateforme internationale des réseaux Jeunesses Francophones (PIRJEF), le Réseau des femmes pour l’égalité femme homme (RE-EFH) et d’autres partenaires.

Mame Mbaye Niang a signalé que le Sénégal compte parmi ses solutions contre le terrorisme, « trouver des emplois décents aux jeunes » afin de les détourner de la radicalisation.

M. Niang a en outre souligné l’importance de « renforcer la sensibilisation sur ces fléaux des temps modernes et les opportunités d’éducation et de formation pour les jeunes et de lutter contre les inégalités sociales ».

Le ministre de la Jeunesse a alors préconisé le développement des échanges d’informations et le renforcement des capacités des agents qui interviennent sur le terrain afin d’éloigner « cette menace planétaire ».

«Dans les rangs des terroristes, il y a de jeunes sénégalais et les raisons de leur radicalisation sont encore ignorées», a-t-il relevé.

E, somme, il est convenu de rappeler que «la jeunesse doit être consciente qu’elle a une forte responsabilité dans l’avenir et c’est dès le bas âge qu’il faut mettre en place des systèmes de prévention de l’extrémisme, de la radicalisation à travers des programmes dédiés de la petite enfance jusqu’à l’université».

senegal7.com

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *