Drame à Keur Massar: François 13 ans poignarde au cœur son camarade de classe

Une partie d’agitation entre deux camarades de classe de 6 ème au collège d’enseignement moyen (Cem 2) de Keur Massar a tourné au drame. François I. Djiba est accusé d’avoir planté un coup de couteau mortel au cœur de son condisciple Armand Alfred Kingbo.

Après les premières épreuves de composition, les élèves de l’établissement scolaire sortent des salles de classe pour une petite pause. Dans la cour de récréation, Armand, se moque de son camarade classe, François, qu’il traite de « nullard ». Une dispute éclate. Les deux amis en viennent aux mains. Malmené lors de l’altercation, François s’empare de son sac, sort son couteau et fonce sur Armand Kingbo. Il lui plante un coup dans la partie du cœur. Le garçon hurle de douleur, court dans tous les sens et d’écroule au sol. Il se vide de son sang et finir par mourir.

Gardé à vue depuis lundi à la brigade, François Djiba a reconnu sur toute la ligne les faits et déclare avoir juste voulu fait peur à la victime avec le couteau.

Les Echos

Le début des épreuves de composition de ce lundi 12 juin, au Collège d’enseignement moyen (Cem 2) de l’unité 14 des Parcelles assainies de la commune de Keur Massar, a été émaillé du meurtre de l’écolier Armand Alfred Kingbo, 14 ans. La victime a trouvé la mort durant une bagarre avec son camarade de classe François I. Djiba, 13 ans.

Une partie de chahuts entre deux camarades de classe de 6ème au Collège d’enseignement moyen (Cem 2) de Keur Massar a tourné au drame. François I. Djiba est accusé d’avoir planté un coup de couteau mortel dans le cœur de son condisciple Armand Alfred Kingbo.
Après les premières épreuves de composition, les élèves de l’établissement scolaire sortent des salles de classe et se retrouvent dans la cour de l’école, pour souffler un peu avant de regagner les salles pour la suite des épreuves. Il était 13h 30mn environ. François s’invite dans la discussion de son camarade de classe Armand, avec un autre élève, lui lance des piques et se met à le chahuter. Il tourne en dérision son camarade de classe, se fait davantage provocateur et qualifie le garçon de nullard de la classe.

Il sort le couteau de son sac d’écolier et l’atteint au cœur

Les deux adolescents échangent des propos durs, se lancent des défis et se rentrent dedans. Ils se cognent sans merci. Armand monte sur ses grands chevaux, peste fort contre François et se jette sur lui. Il lui donne quelques coups de poing. Des élèves interviennent, s’interposent et séparent les deux camarades de classe.
Malmené lors de l’altercation, François s’empare de son sac d’écolier, sort un couteau de pain et fonce sur Armand Alfred Kingbo. Il lui plante un coup dans la partie du cœur. Le garçon hurle de douleur, court dans tous les sens et s’écroule au sol. Il se vide de son sang et finit par mourir. François est immédiatement interpellé et conduit à la brigade de gendarmerie de Keur Massar.

«Je n’avais pas l’intention de le tuer»

Gardé à vue depuis lundi à la brigade, François I. Djiba a reconnu sur toute la ligne les faits et déclare avoir juste voulu faire peur à la victime avec le couteau sorti de son sac d’écolier. «Je n’avais pas l’intention de lui donner la mort. Je voulais plutôt l’apeurer. Je le taquinais en le qualifiant de nullard de la classe ; nous sommes de la classe de 6ème», a soutenu le pauvre.
Il pourrait être déféré aujourd’hui au parquet par les pandores pour meurtre.

Vieux Père NDIAYE

http://jotay.net

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *