( 23 Photos ) Voici POURQUOI Papiss Demba Cissé a pleuré la mort de Cheik Ismaël Tioté

Avant sa mort, Tioté Cheick avait fait des confidences à Papiss Cissé

Le Sénégalais révèle : « Il m’avait envoyé une vidéo deux jours avant sa mort… »

Pour avoir évolué ensemble (2012-2016) à Newcastle United (Angleterre), l’attaquant sénégalais Papiss Demba Cissé, actuellement sociétaire du club chinois de Shandong Luneng, et Cheick Ismaël Tioté, étaient de bons amis. Après le décès brutal de l’ex-milieu défensif, le Sénégalais révèle ce que l’Ivoirien lui a dit de son vivant.

L’international attaquant sénégalais du club chinois de Shandong Luneng, Papiss Dembé Cissé, 32 ans, est inconsolable depuis la disparition brutale de Cheick Ismaël Tioté. Le Sénégalais et l’Ivoirien qui avaient tissé de solides liens d’amitié lorsqu’ils évoluaient à Newcastle United (2012-2016) étaient très proches. Et même lorsque les deux joueurs avaient fait leurs valises pour la Chine, dans des clubs différents.

Après avoir évacué le choc causé par la brusque disparition de l’Ivoirien, Papiss Demba Cissé a fait des confidences dans la presse. L’ex-capitaine des Lions du Sénégal nous apprend que tous deux devaient se voir dans la semaine où Cheick Tioté est décédé. « Lundi dernier (lundi 5 juin 2017, jour du décès de Tioté : ndlr), j’avais deux jours de repos. On avait convenu de se voir, lui et moi, dans la semaine », rapporte le site leral qui cite l’Observateur. Poursuivant, Papiss Cissé révèle que Tioté lui a envoyé une vidéo pour lui souhaiter joyeux anniversaire, deux jours avant son décès : « Deux jours auparavant, il m’avait envoyé une vidéo pour me souhaiter un joyeux anniversaire (Papiss Cissé est né le 3 juin 1985 : ndlr).

Et l’attaquant sénégalais de révéler comment il a appris le décès de son ami : « Le lundi (lundi 5 juin 2017 : ndlr), je partais manger avec mes deux cousins et c’est sur le chemin du restaurant que son agent m’a appelé pour me dire que Cheick est tombé à l’entrainement, il y a une heure et il parait qu’il a rendu l’âme à l’hôpital où il a été transféré. Je ne voulais pas y croire. Il m’a confirmé que Cheick nous a quittés, que tel était la volonté divine. Sur le coup, je n’ai rien dit à mes cousins qui le connaissent très bien. J’étais sonné », rapporte le cite qui reprend un entretien de « l’enfant de Sédhiou » dans l’Observateur.

Papiss Cissé considérait Cheick Tioté comme un frère de sang : « Il était plus qu’un ami pour moi. Je le considérais comme un frère de sang. C’était un frère pour moi. Un vrai. Il me disait tout le temps : ‘’Tu es mon frère d’une autre maman’’ ».

L’attaquant sénégalais confie que Cheick Tioté avait l’intention d’acheter une maison au Sénégal : « Il venait souvent passer quelques jours de vacances au Sénégal. Et, après plusieurs passages au pays, il me disait qu’il voulait acheter une maison au Sénégal pour pouvoir y revenir très souvent ».

Pour terminer, Papiss Cissé a révélé que Tioté Cheick était un amateur de la lutte traditionnelle : « Il aimait beaucoup la lutte avec frappe qu’on appelle lutte sénégalaise en Côte d’Ivoire. Il a supporté Balla Gueye 2 à fond. Le jour où il a su que Balla est mon cousin, il est devenu fou (…), il refusait d’y croire. Il me disait qu’il n’y avait pas de hasard dans la vie, parce qu’il ne pouvait pas croire qu’il allait un jour côtoyer un de ses parents, jusqu’à devenir très proche de celui-ci ».

 

 

Papiss Demba Cissé fait encore des confidences sur Tioté Cheick

« Il m’a dit : ‘’Alhamd lilah, rendons grâce à Dieu’’ »

 

L’ex-capitaine des Lions de la Teranga, Papiss Demba Cissé, qui était très lié à l’ex-international milieu défensif ivoirien, Cheick Ismaël Tioté, a mis en lumière la foi du défunt.

L’attaquant sénégalais Papiss Demba Cissé qui a évolué pendant plusieurs années (2012-2016) à Newcastle United, aux côtés de l’ex-milieu ivoirien Cheick Ismaël Tioté, connait la foi du défunt. « Cheick était pieux. C’était un musulman convaincu qui s’évertuait toujours à se rapprocher de son créateur et à respecter ses recommandations. Je me disais toujours que ce gars était meilleur que moi. Il était à plus de 200% engagé dans la pratique de la religion musulmane et ce n’était pas évident pour un jeune de son âge évoluant dans le milieu du football professionnel. Et il le faisait sans tricher », a raconté Papiss Cissé, dans une vidéo qui fait référence à un entretien accordé par l’ex-capitaine des Lions de la Teranga à l’Observateur.

Puis de révéler comment Cheick Tioté mettait la pression sur lui pour qu’ils prient ensemble aux heures de prières : « A chaque heure de prière, c’est lui qui me mettait la pression pour qu’on prie ensemble (…). Il était d’une piété ».

Et de rappeler ce que l’ex-milieu ivoirien, lui a récemment dit lorsqu’ils se sont vus en Chine : « Il y a à peine un mois, quand on s’est vu ici en Chine il m’a dit frère : ‘’Alhamd lilah’’ : rendons grâce à Dieu. Tout ce que nous avons, c’est par la grâce de Dieu et nous ne devons jamais oublier de lui rendre grâce ».

Pour conclure, Papiss Cissé a dit : « On s’est ensuite lancé dans des souvenirs de bons moments passés ensemble et tout. Je ne pouvais pas réaliser que c’était la dernière fois qu’on se voyait. Quand je suis retourné à Pékin, il y a deux semaines, on n’a pas pu se revoir parce qu’il avait une séance d’entrainement et moi, je devais prendre le train ».

 

 

L’ancien capitaine des « Lions », Papiss Demba Cissé fut un très proche de Cheick Tiote, l’international ivoirien décédé, il y a une semaine d’un arrêt cardiaque à l’entraînement.

Les deux joueurs qui évoluaient en Chine, étaient des amis presque inséparables. « Lundi dernier (le 5 juin, jour du décès de Cheick Tiote), j’avais deux jours de repos. On avait convenu de se voir, lui et moi, dans la semaine.

Deux jours auparavant, il m’avait envoyé une vidéo pour me souhaiter un jouyeux anniversaire (Papiss Cissé est né le 3 juin, ndlr). On a rigolé un peu avant de se donner rendez-vous.

Le lundi, je partais manger avec mes deux cousins et c’est sur le chemin du restaurant que son agent m’a appelé pour me dire que Cheick est tombé à l’entraînement, il y a une heure et il parait qu’il a rendu l’âme à l’hôpital où il était transféré. 

Je ne voulais pas y croire. Il m’a confirmé que Cheick nous a quitté, que tel était la volonté divine. Sur le coup, je n’ai rien dit à mes cousins, qui le connaissaient très bien. J’étais sonné. 

C’est une fois à la maison que je les ai informés avant de m’enfermer seul dans mon appartement. J’ai pensé à tout. J’aurais donné tout donné pour faire revenir mon frère Cheik, si ça ne tenait qu’à moi », raconte l’enfant de Sédhiou, dans un entretien avec L’Observateur.

« Il était plus qu’un ami pour moi. Je le considérais comme un frère de sang. C’était un frère pour moi. Un vrai. Il me disait tout le temps : Tu es mon frère d’une autre maman », confie Papiss Cissé.

Outre cette relation, il raconte que Cheick était quelqu’un qui aimait le Sénégal, jusqu’à vouloir en faire sa seconde patrie. «Il venait souvent passer quelques jours de vacances au Sénégal. Et, après plusieurs passages au pays, il me disait qu’il voulait acheter une maison au Sénégal pour pouvoir y revenir très souvent.

Je lui répondais que ça serait extraordinaire et lui ai promis de l’aider à trouver une maison au Sénégal. Il ne s’en était jamais caché, le Sénégal était sa deuxième patrie. Sa femme, Madah, est une Sénégalaise » ajoute-t-il.

Et le fait d’avoir épousé une femme sénégalaise l’a « certainement aidé à mieux connaître notre pays et sa culture. Il aimait beaucoup la lutte avec frappe qu’on appelle lutte sénégalaise en Côte d’ivoire. Il a supporté Balla Gaye 2 à fond. Le jour où il a su que Balla est mon cousin, il est devenu fou.

Au début, il refusait d’y croire. Il me disait qu’il n’avait pas de hasard dans la vie, parce qu’il ne pouvait pas croire qu’il allait un jour côtoyer un de ses parents, jusqu’à devenir très proche de celui-ci », se souvient Papis Demba Cissé.

Les sportifs sénégalais riches et milliardaires ➔

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *