Le «marabout» d’Idy et de Tanor arnaque 20 millions à un chef d’entreprise

C’est aujourd’hui, sauf renvoi de dernière minute, que les juges du tribunal correctionnel de Dakar vont juger cette affaire d’escroquerie portant sur plus de 20 millions. Au banc des accusés, des charlatans qui se présentent comme étant les auteurs de la réussite de plusieurs personnalités de ce pays.

Chef d’entreprise basé au Gabon, Ndiaye est tombé dans le piège de celui qui se présente comme étant le marabout de plusieurs personnalités de ce pays comme Idrissa Seck, Tanor Dieng, Bara Tall, entre autres. Dans sa narration des faits, le plaignant a indiqué que dans le cadre de ses activités professionnelles, il a éprouvé d’énormes difficultés, notamment le non-paiement des créances qu’il devait à l’Etat gabonais, son principal client, et à des particuliers. Dans le désarroi total, il a été approché par son fils qui lui a proposé les services d’une de ses connaissances qui se présentait comme étant un grand marabout et en qui il avait beaucoup confiance. Quand ils sont allés voir le marabout, ce dernier leur a proposé, à son tour, d’aller voir Serigne Th. I. Sy, son maître et chef spirituel, et qui habite à Thiès au quartier Falaye Baldé. Pour mieux ferrer son client, le dernier nommé a soutenu qu’il est l’auteur de la réussite de plusieurs personnalités politiques et du monde des affaires. Au terme de leur échange, le marabout a indiqué au chef d’entreprise que son activité allait rayonner dans toute la sous-région. Mais auparavant, il doit faire un travail qui prendra 40 jours. Pour commencer, le marabout prétend qu’il devait opérer une séance de désenvoutement. Laquelle consistait à poser un « layo » (van) posé sur une calebasse à moitié remplie l’eau. Après quelques incantations, l’individu lui a sorti un cadenas bien rouillé avec des fils de fer, des cauris et du fil nylon noué tout autour et d’autres objets.

Profitant de cette séance, le marabout lui a promis qu’il allait être l’adjudicataire d’un marché de 11 milliards CFA pour lequel son entreprise avait soumissionné au Gabon. Il ajoute que ce travail ne devait pas être simple en ce sens qu’il devait se faire assister par d’autres marabouts qui devaient venir du Mali, du Sénégal oriental, de la Casamance et du Saloum. Ainsi, le charlatan lui a recommandé des bains mystiques. Après quelques jours, il a rappelé le chef d’entreprise pour lui dire que ses assistants sont sur place et qu’ils avaient déjà entamé les travaux. Pour leurs prises en charge, le charlatan lui a réclamé 4 millions de nos francs qu’il a entièrement versés. Quelques jours après ce rendez-vous, le charlatan lui avait demandé de revenir pour l’accompagner au pied d’un « baobab spécial », sous lequel il devait faire un bain rituel. Après ce bain, le charlatan a encore renseigné que le chiffre que les djinns avaient fourni était un « 6 ». Donc, le chef d’entreprise doit débourser encore la somme de 66 millions de francs pour clôturer les travaux. Sentant l’escroquerie, Ndiaye a refusé de verser ladite somme. Mais, le charlatan lui a fait savoir que s’il ne le fait pas, il allait perdre trois de ses enfants. Sous le coup de la peur, il leur a donné 3 millions pour les calmer, en vain. Le chef d’entreprise a déposé une plainte et les mis en cause seront jugés, aujourd’hui, à la barre du tribunal correctionnel de Dakar.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *