Aveux glaçants d’un des meurtriers : « Comment j’ai tué Mariama Sagna » Le viol est confirmé par le Procureur

Meurtre de Mariama Sagna : Le Procureur annonce l’arrestation de trois personnes, dont une femme

L’enquête sur la mort de Mariama Sagna, responsable de Pastef à Keur Massar, commence à livrer ses secrets. Le Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Pikine qui faisait face à la presse ce mardi, a annoncé l’arrestation de trois personnes, dont une femme. Il s’agit d’Ousseynou Diop, un des charretiers que la victime avait engagés pour le transport de fauteuils après le meeting du Pastef, sa mère Fatou Bintou Thiam et Khadim Diop. Saliou Boye, l’autre charretier mis en cause, est toujours en cavale.

Les faits
Le Procureur est revenu sur les circonstances de l’arrestation de personnes susnommées confirmant, le journal « Libération », selon qui, il s’agit d’un viol qui a mal tourné.

Ainsi, pour les besoins du meeting du leader du Pastef, Mariama Sagna avait déplacé certains meubles. A la fin de la manifestation, elle a engagé deux charretiers pour le transport des bagages. Après négociation, elle indique son domicile, avant de les devancer.

Ousseynou Diop, l’un des charretiers, arrêté sur la base de plusieurs témoignages, a expliqué que lorsqu’ils sont arrivés dans le domicile, il n’y avait personne. C’est en avançant qu’ils ont trouvé Mariama Sagna, couverte à moitié, en train de sortir de sa salle de bain. C’est sans doute la vue de cette nudité qui a réveillé leurs instincts de prédateur. Car, les deux charretiers n’ont pas hésité à se jeter sur la dame pour la violer à tour de rôle.

Cependant, Ousseynou Diop soutient pour sa défense que son rôle s’est limité à maîtriser la dame par les pieds. Il ajoute que c’est Boye qui a étranglé cette dernière, jusqu’à ce qu’elle perde la vie.

Après leur forfait, ils ont pris la fuite, en emportant le téléviseur et le téléphone portable de la victime.

Interpellé sur la destination des objets volés, Ousseynou Diop a révélé que le téléviseur a été remis à Khadim Guèye qui habite Keur Massar.

Arrêté à son tour et entendu celui-ci, a soutenu avoir rendu l’appareil à Saliou Boye qui l’a ensuite remis à sa mère, Fatou Bintou Thiam, établi à Niacourab. S’étant rendu sur les lieux, les pandores enquêteurs ont retrouvé le téléviseur, soigneusement enveloppé avec un tissu dans la chambre de celle-ci.

Les trois personnes sont toujours en garde-à-vue, sauf Saliou Boye en fuite.

Leral.net

Urgent – Meurtre de Mariama Sagna – Le viol est confirmé par le Procureur

Pour Amadou Seydi, chef des poursuites de Pikine qui est en point de presse, Maraima Sagna a été violée avant d’être étranglée à mort par deux (2) charretiers qu’elle avait commissionné pour transporter les meubles qui avaient servi pour le meeting de Pastef.

Si certains donnaient des versions rocambolesques sur la nature du meurtre de la militante de Ousmane sonko de Pastef, le Procureur de Pikine a démenti tout le monde, confirmant le viol suivi de meurtre par étranglement.

L’acte odieux est l’oeuvre de deux (2) charretiers qu’elle avait chargé de transporter ses meubles qui avaient servi pour la grand meeting organisé par son parti Pastef. Ces derniers sont actuellement entre les mains de la Brigade de recherches.

Aveux glaçants d’un des meurtriers : « Comment j’ai tué Mariama Sagna »

L’affaire Mariama Sagna, du nom de la militante de Pastef tuée, ce dimanche après le meeting de son leader à Keur Massar, continue de défrayer la chronique. Devant les enquêteurs, l’un des meurtriers a servi de nouvelles révélations.

Les deux meurtriers ont été identifiés par les éléments de la brigade de Recherches dès les premières heures de ce crime odieux. Revenant sur les faits, Mariama Sagna avait déplacé quelques uns de ses meubles pour les besoins de ladite rencontre.

Une fois terminée, elle engage deux charretiers pour les ramener avant de leur indiquer son domicile en les y devançant. Elle vivait là ses derniers instants. Elle sera retrouvée presque nue avec des traces de sperme sur son corps. La thèse du viol qui a mal tourné a alors été actée.

A suivre Libération, le certificat de genre de mort fait état d’une mort par strangulation mais l’autopsie a révélé plusieurs pénétrations. Mariama Sagna a été violée à plusieurs reprises.

Alpagué, l’un des meurtriers révèle que lors qu’ils sont arrivés dans la maison, il n’y avait personne. Ils ont ainsi aperçu Mariama Sagna, à moitié couverte et ceci a réveillé leur instinct de prédateur.

Ils se jettent sur elle et la violent à tour de rôle. Le meurtrier de révéler que c’est son complice qui l’a étranglée parce qu’elle criait. Ce dernier est toujours en fuite mais est connu des services de police. Le Haut commandement a déployé les moyens nécessaires pour lui mettre le grappin dessus.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *