Nouveau drame sur un terrain: Mamadou Camara est mort lors d’un entraînement

Mamadou Camara, joueur amateur de Mondeville (Calvados), est mort lors d’un entraînement, vendredi. Ce décès survient après ceux de plusieurs autres footballeurs au printemps.

C’était un grand gaillard, au sourire facile, l’un de ces joueurs amateurs qui vivent leur passion débordante pour le football, loin du monde professionnel mais avec un rythme et une assiduité d’athlète. Cette passion, Mamadou Camara la transmettait chaque semaine à l’USON Mondeville (Calvados), où il était éducateur, des moins de 9 aux moins de 11 ans. Il jouait, aussi, depuis sept ans pour le club. Avec l’équipe première puis la réserve, aujourd’hui en Régionale 2. Son quotidien s’est arrêté aussi cruellement que subitement vendredi soir. À seulement vingt-six ans. Il participait à une séance d’entraînement lorsqu’il s’est écroulé sur la pelouse. Quelques interminables instants plus tard, vraisemblablement victime d’un arrêt cardiaque, il n’a pu être sauvé malgré les tentatives de premiers soins des membres du staff…

Licencié à l’USON Mondeville, Mamadou Camara est décédé vendredi dernier lors d’un entraînement. Un nouveau cas, au cœur d’une année noire…

La terrible série se poursuit pour le football tricolore. Vendredi dernier, un jeune joueur (26 ans) est décédé brutalement dans la banlieue de Caen, en plein entraînement. Loué pour sa gentillesse et sa générosité au sein de l’USON Mondeville (National 3), Mamadou Camara a été victime d’un arrêt cardiaque. Alors que son club préparait son déplacement à l’AS Ifs ce samedi dans le cadre du 3ème tour de la Coupe de France (17h30), le jeune homme n’a pu être réanimé par les secours.

Père de famille, Mamadou Camara était également éducateur au sein des équipes de jeunes de Mondeville. «On est sous le choc. Mamadou était au club depuis longtemps. C’était un éducateur très apprécié par les jeunes. C’était un jeune papa. On est tous complètement désemparé», confiait samedi matin la direction du club à France Bleu Normandie.

Avec sa mort brutale, c’est l’ensemble du football français qui est endeuillé. Car l’année 2018 a marqué une véritable hécatombe pour le ballon rond. Depuis le début le 1er janvier, les cas de mort subite se multiplient dans l’Hexagone. Sur le seul mois de mars, trois décès étaient ainsi recensés dans les équipes de jeunes de clubs professionnels : Samba Diop (18 ans, Le Havre), Thomas Rodriguez (18 ans, Tours) et Baptiste Le Foll (12 ans, Guingamp).

Parfois indécelables, les cas de pathologies cardiaques sont de plus en plus répandus aux abords des terrains de football. «De manière générale, une mort subite de sportif qui intervient avant 30 ans est, la plupart du temps, liée à une malformation passée inaperçue ou indétectable. Il y a aussi des cas qui interviennent après ingestion de substances interdites, comme des produits pour améliorer les performances», expliquait le docteur Michel Charrançon, cardiologue et président délégué de la ligue de football en Occitanie, à La Dépêche du Midi en avril dernier.

Ce samedi, l’USON Mondeville a décidé de maintenir la rencontre de Coupe de France à Ifs, malgré le décès de Mamadou Camara : «Les joueurs veulent jouer pour lui».

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *