BOMBARDIER APRES SA DEFAITE «Kenn mënul xamm…

BOMBARDIER APRES SA DEFAITE: «Kenn mënul comprendre lamb (personne ne peut maitriser la lutte)»
e colosse de Mbour est reste bouche bée après sa défaite. Bombardier, surpris par la rapidité de l’évènement, a lâché : «Kenn mënul comprendre lamb» (personne ne peut maitriser ce sport)».

Voilà donc ce que cela fait quand on mord la poussière, après avoir régné en maitre sur la lutte avec frappe. Bombardier est là, la main sur la bouche, le regard hagard. Le colosse de Mbour sort de l’enceinte, le cœur lourd. Très fair-play, il applaudit les supporters de son tombeur, avant d’aller réconforter ses poulains en transe. Il les prend un par un et les soulage, mais il se retourne vers son staff et leur lance : «Qu’est ce qui m’a fait perdre ? (Lan mooma daanel)». Ses proches lui répondent : «c’était un jour sans. Tu devais perdre c’est tout». Bombardier, qui n’en revient pas, pense avoir trouvé une réponse à ses interrogations. «La bache était visible (bache bi dafa doon feegn)», mais, il n’aura pas le temps de développer qu’un de ses poulains se jette sur ses bras. Il le réconforte sans piper mot. Il enfile son blouson et traine les pieds pour rejoindre sa voiture. Approché par votre serviteur, il lâche : «Mansour ! Kenn mënul comprendre lamb» (personne ne peut maitriser ce sport».

Bombardier demande pardon à ses fans

Une fois dehors, il sera envahi par des supporters qui ont tenu à le soutenir. «Tu es un champion qui nous a valu beaucoup de satisfactions», lance un inconditionnel du colosse de Mbour. Un autre de dire : «lève la tête champion, tu as régné en maitre dans ce sport. Tu fais notre fierté». Bombardier, très touché par ses encouragements, fait son mea culpa. «Je vous demande pardon», dit-il avant de regagner son bolide, direction Mbour.

TERRASSE EN MOINS D’UNE MINUTE SAMEDI A LSS: Bombardier cède son trône à Eumeu Sène

Mamadou Ngom alias Eumeu Sène a infligé samedi dernier à Bombardier la huitième défaite de sa carrière et le détrône du coup du titre de «roi des arènes». C’est une nouvelle révolution dans la lutte.

Il l’avait promis, il l’a finalement fait. En 56 secondes, Eumeu Sène a réussi la prouesse de battre celui qui régnait en maitre dans la lutte avec frappe depuis quatre ans. Dans le «combat royal», le «Roi» des arènes a cédé devant le chef de file de l’écurie Tay Shinger. À la fin, le colosse de Mbour est sorti de l’enceinte avec une mine inhabituelle. Le visage triste, l’enfant de Mbour voit son règne prendre un terme. L’enfant de Pikine, qui a enflammé le stade de pas de «bakk» puisés dans la pure tradition sérère, a été le premier à entrer dans l’enceinte, à 20h10. En tenue de combat, le double tombeur de Balla Gaye 2, d’un geste autoritaire, invite son adversaire qui le rejoint. C’est vers 20h40 que l’arbitre a lancé les hostilités. Un round d’observation s’ensuit avant que l’arbitre n’arrête le combat, car Bombardier était gêné par les lasers des supporters du camp adverse. Le duel reprend. Bombardier marche sur son adversaire et déclenche une rude bagarre, à laquelle a tout de même résisté Eumeu Sène. Il amorce une attaque, ce qui n’a jamais été son point fort, d’après les techniciens de la lutte et tente un «caxabal» (croc-en-jambe), mais le Pikinois s’extirpe du piège en laissant Bombardier à quatre «pattes». Le stade est en ébullition.
En moins d’une minute, le roi est mort, et vive le «phénix» roi. Eumeu Sène déjoue les pronostics et met ainsi fin au règne de Bombardier. La lutte, qui était suspendue au bon vouloir du «Roi des arènes», ouvre de nouveaux horizons. Le chef de file de l’écurie Tay Shinger est désormais le sixième lutteur à occuper le trône, après Manga 2, Tyson, Yékini, Balla Gaye 2 et Bombardier. Après Tyson, il devient le deuxième lutteur pikinois à remporter ce titre le plus important de sa carrière. Son prochain adversaire sera certainement le vainqueur du combat Balla Gaye 2-Modou Lô ou, à défaut, Tapha Tine. On imagine tout de même actuellement mal un combat avec le géant de Baol Mbollo, qui a été récemment terrassé par Ama Baldé, l’un des jeunes frères du nouveau roi des arènes. Quant à Bombardier, lui trouver un adversaire ne sera pas difficile, puisqu’il a une revanche à prendre sur Tapha Tine et des revanches à donner. Et pourquoi pas aussi tendre la perche à ses jeunes frères pour une fin de carrière honorable.

PAPE DIA AGENT ET FRERE DU COLOSSE MBOUROIS: «C’était un jour sans pour Bombardier»
«Une défaite est toujours difficile à digérer, mais il faut l’accepter. C’est la loi du sport, on battait nos adversaires et si aujourd’hui, on a été défait, on ne peut que rendre grâce à Dieu. Il faut continuer le travail pour rebondir», a réagi Pape Dia. Pour ce qui a manqué à son petit-frère, il indique : «Rien. Nous avons fait ce qu’il fallait. Bombardier a réussi à toucher son adversaire. Peut-être qu’il pensait que son adversaire était diminué, il pensait pouvoir l’achever, mais Eumeu Sène a résisté en reculant. Suffisant pour qu’il se retrouve à terre sur quatre appuis. Pourtant, il a longtemps battu ses adversaires sur cette technique. C’était un jour sans. Il est tombé sur un lutteur résistant qui l’a poussé à la faute pour le battre. Il a fait ce qu’il fallait», dit-il. Pour l’avenir de Bombardier dans l’arène, Pape Dia ne se fait aucun souci «Il a été deux fois roi des arènes. Il a fait le vide autour de lui. Il voulait le conserver jusqu’à sa retraite, mais Dieu en a décidé autrement. Il faut l’accepter. On félicite notre adversaire. Il peut prendre sa revanche sur Tapha Tine, tout comme en accorder aux autres, comme Balla Gaye ou Moodu Lo. Nous sommes à l’écoute des promoteurs», lance Pape Dia.
MBAYE BOYE COACH B52: «Bombardier a peut-être glissé. Je n’en sais rien»

«C’est la volonté divine». C’est la première réaction de Mbaye Boye, coach du colosse de Mbour. «C’est un sport, il faut un vainqueur et un vaincu. La chance n’était pas de notre côté, voilà. On l’accepte sans broncher. Nous avons foi en nous. Rien ne lui a manqué. C’était un jour sans. C’est un grand athlète», a appliqué le coach du roi déchu. Alors que Bombardier a évoqué le peu de sable dans l’enceinte pour expliquer sa chute, Mbaye Boye indique que c’est une probabilité. «A notre arrivée, on nous avait annoncé qu’il n’y avait pas beaucoup de sable dans l’enceinte. Je n’ai pas encore visionné le film du combat, mais peut-être qu’il a glissé. Il a lancé un coup avant d’attaquer son adversaire qui a fait une rotation pour le battre».

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *