Karim Wade s’attaque violemment au président Macky Sall et annonce son… « Je suis en …

Karim Wade s’attaque violemment au président Macky Sall

Au Sénégal, le président Macky Sall a appelé l’opposition au dialogue, vendredi 15 juin, lors de la fête de Korité, pour célébrer la fin du ramadan. Le dialogue est boycotté depuis des mois, notamment par le Parti démocratique sénégalais d’Abdoulaye Wade et les proches du maire de Dakar, Khalifa Sall, en prison. Le chef de l’Etat a lancé cet appel juste avant de s’envoler pour la Russie où il va suivre la Coupe du monde durant ses vacances. A peine parti, le terrain politique est occupé par ses opposants, notamment par Karim Wade. Le fils de l’ex-président, candidat à la présidentielle de l’an prochain, vit en exil au Qatar et, dans un communiqué diffusé ce samedi 16 juin, il attaque sèchement Macky Sall.
Titré « Message de Korité », le long communiqué de près de trois pages, envoyé par Karim Wade, est en fait un tract de campagne électorale. Dans ce communiqué, le candidat à la présidentielle attaque frontalement le président de la République.

« Macky Sall a érigé le mensonge, la manipulation et le complot en mode de gouvernance », écrit Wade fils, qui affirme aussi que « le gouvernent ment », et que les caisses « sont vides ».

Retard de paiement des bourses étudiantes ; un million de Sénégalais qui pourraient avoir besoin d’une aide alimentaire… En s’appuyant sur l’actualité, sur la crise étudiante, sur une possible crise alimentaire au nord du pays, Karim Wade torpille les actions du gouvernement et se pose comme le seul capable de relancer le Sénégal.

« Je suis en route pour faire face à mes devoirs et mériter la confiance de ceux qui m’ont investi, écrit-il. Je m’engage à tout faire pour que notre pays sorte, par le haut, du gouffre dans lequel Macky Sall, sa famille et son clan l’ont plongé. »

Karim Wade, bloqué au Qatar, menacé par les autorités de retourner en prison s’il rentre au pays sans payer son amende de 200 millions d’euros, confirme qu’il sera, quoi qu’il arrive, candidat au scrutin présidentiel de février 2019. Pour lui, « la justice est aux ordres pour permettre à Macky Sall de vaincre sans avoir la majorité ». Il affirme pour la énième fois qu’il sera bientôt au Sénégal, en appelant ses sympathisants à s’organiser et à se tenir « prêts à m’accueillir très prochainement ».

Karim Wade annonce son retour d’exil : « Je suis en route pour faire face à mes devoirs »

Karim Wade se radicalise. Dans la déclaration parvenue à Dakaractu ce vendredi et que nous reprenons in extenso ci-dessous, l’ex-ministre d’Etat charge lourdement Macky Sall qu’il accuse d’avoir « érigé depuis 2012 le mensonge, la manipulation et le complot en mode de gouvernance ».

Le candidat déclaré à la prochaine présidentielle souligne qu’il est « en route pour faire face ».

« Aucune compromission, pas même celle d’une justice aux ordres, ne saurait arrêter la marche d’un peuple qui veut vaincre la fatalité et prendre son destin en main », avertit-il.

A l’occasion de la fête de la Korité, je voudrais d’abord rendre grâce à Dieu le Tout Puissant de nous avoir donné la force de vivre ce moment important dans notre vie de Croyant, dans la foi, la ferveur et surtout l’union et la cohésion. En effet, la cohabitation harmonieuse et fraternelle de toutes les familles spirituelles du Sénégal est essentielle pour garantir l’unité et la stabilité de notre pays.

A cet égard, je voudrais rendre un hommage appuyé à tous les Chefs et Guides religieux de notre cher pays qui diffusent quotidiennement des messages d’amour, de paix, de justice, de fraternité et ne manquent aucune occasion pour nous rappeler que l’une des plus belles qualités du Croyant est d’assumer toutes les obligations qui découlent de sa foi et, notamment celle de s’intéresser à ce qui se passe autour de lui. C’est à ce titre que je voudrais saisir cette occasion pour partager avec vous les préoccupations et les appréhensions que m’inspire la situation actuelle de notre pays, le Sénégal.

Alors que le Chef de l’Etat Macky SALL a érigé depuis 2012 le mensonge, la manipulation et le complot en mode de gouvernance, voilà que son Gouvernement se livre à un bricolage statistique pour gonfler artificiellement le niveau de trésorerie de l’Etat et les chiffres de la croissance. Ses propres services, par le biais de l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie ainsi que de la Banque Mondiale viennent, l’une après l’autre de remettre en cause les chiffres de la croissance officiellement publiés par le pouvoir en place de Macky SALL pour les années 2016 et 2017.

La preuve est ainsi faite que Macky SALL aura beau faire dire aux statistiques les plus belles choses sur la situation économique du Sénégal, il n’en demeure pas moins que son gouvernement est dans l’incapacité d’honorer les nombreuses factures qui s’accumulent sur le bureau du ministre de l’Economie et des Finances, mettant ainsi en danger la vie de nombreuses entreprises privées sénégalaises, sans parler de la dernière campagne arachidière de 2017 qui n’a toujours pas été financée pour permettre aux paysans de toucher leur dû et de se débarrasser des bons et que la nouvelle campagne 2018 s’annonce avec le démarrage de la saison des pluies.

Par ailleurs, le rapport trimestriel du système mondial d’information et d’alerte rapide de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) vient de révéler que près d’un million de Sénégalais ont besoin d’une aide alimentaire. Si à cela on ajoute le retard dans le paiement des bourses ayant conduit à la mort tragique de l’étudiant Fallou SENE, les nombreux scandales économiques et financiers, les effets catastrophiques d’une politique d’endettement massif et irresponsable qui compromet sérieusement l’avenir des jeunes générations, l’arrêt de la plupart des chantiers, la faillite de la politique de santé ainsi que les déclarations indignes de Macky SALL sur la colonisation, il n’y a plus rien à attendre du régime actuel finissant.

Toutefois, malgré l’ampleur de ce désastre, il ne faut pas succomber au désespoir ou à la fatalité. Bien au contraire, nous devons saisir cette opportunité pour inventer des solutions innovantes et emprunter de nouveaux chemins qui nous sont propres ; chemins d’une véritable prospérité conforme à nos besoins réels et aux aspirations légitimes de nos concitoyens.

Dans cette perspective, je m’engage à tout faire avec vous, pour que notre pays sorte par le haut du gouffre dans lequel Macky SALL, sa famille et son clan l’ont plongé. Il s’agira après son départ et dès février 2019, de s’atteler à reconstruire un Sénégal de progrès et de justice sociale où chacun pourra trouver sa place, mener une vie digne et retrouver confiance en lui-même.

Je suis d’autant plus optimiste que je sais, que grâce au génie sénégalais et avec la contribution de tous, une autre destinée est possible que celle d’un Sénégal sans leadership, en constante régression sociale et démocratique, où l’injustice et le mensonge sont devenus la règle.

Au demeurant, face aux campagnes d’intoxication, de désinformation et aux articles tendancieux d’une certaine presse inféodée au régime, faisant état d’un « deal » avec le gouvernement ou d’un non-retour dans mon pays ou de je ne sais quoi encore qui m’empêcherait de participer à l’élection présidentielle de 2019, je voudrais vous dire clairement que je n’ai souscrit ou accepté aucun arrangement, aucun deal avec Macky SALL. Ma détermination est intacte pour l’affronter dans des élections qu’il essaie déjà de vous voler en espérant pouvoir choisir les candidats qui pourront l’affronter et sélectionner les électeurs qui pourront voter.

Je n’ai pas pour habitude de me laisser intimider par les menaces proférées par Macky SALL et son régime, de me faire subir de nouvelles injustices ou de donner suite à leurs nombreuses offres de négociations.

Mon attachement profond à notre pays exige de moi, qu’en toute circonstance, je privilégie l’intérêt des Sénégalais, que je m’interdise de transiger sur les principes sans lesquels, il n’y a plus d’éthique en politique ni de justice impartiale. Je voudrais très solennellement appeler les militants et les sympathisants à n’accorder aucun crédit à ces allégations mensongères, à rester mobilisés, à s’organiser et à se tenir prêts à m’accueillir très prochainement.

Il n’y a non plus aucun crédit à apporter aux élucubrations d’un ministre de la Justice discrédité dans la communauté universitaire à laquelle pourtant il appartient et qui tente, de sa position de juriste tailleur, d’utiliser une justice aux ordres pour permettre à Macky SALL de « vaincre » sans avoir la majorité. Mais ne dit-on pas, « A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ! »

Je suis en route pour faire face à mes devoirs et mériter la confiance de ceux qui m’ont investi et de tous ceux qui sont décidés à m’accompagner. Macky SALL doit être conscient qu’aucune compromission, pas même celle d’une justice aux ordres, ne saurait arrêter la marche d’un peuple qui veut vaincre la fatalité et prendre son destin en main. En vérité, au lieu de se dérober dans une fuite peu glorieuse, il ne lui reste qu’à prendre enfin son courage à deux mains pour m’affronter dans un combat loyal où il ne peut que sortir vaincu.

Au terme de ce mois de privations, de jeûne et d’ascèse physique et morale qui coïncide cette année avec le pèlerinage Mémorial de Popenguine de nos compatriotes Chrétiens, permettez-moi enfin, à vous tous, de présenter mes vœux, les meilleurs, en souhaitant que Dieu, le Tout Puissant, puisse éclairer nos esprits dans le sens de la paix et de la fraternité.

Mes vœux s’adressent plus particulièrement aux plus démunis qui sont les premières victimes des politiques désastreuses menées par Macky SALL, aux étudiants confrontés à la répression aveugle d’un régime aux abois, aux paysans qui sont dans le désarroi et à Khalifa SALL, Barthélémy DIAZ et à tous ceux qui sont détenus pour leurs options politiques et dont les emprisonnements constituent une nouvelle illustration de la manipulation à laquelle se prêtent, depuis 2012, quelques magistrats.

Je suis plus que jamais convaincu que les succès de demain qui seront ceux d’un Sénégal réconcilié avec lui-même où la justice sera impartiale et indépendante, nous offriront de nouvelles raisons de croire en notre pays et de le servir avec enthousiasme, rigueur et fierté.

Je voudrais enfin adresser un message de fierté, d’encouragement, et de soutien à nos Lions qui dans quelques jours vont défendre brillamment les couleurs du Sénégal et de l’Afrique pendant la coupe du monde de football en Russie. Je leur exprime ma plus profonde admiration et leur souhaite plein succès durant cette compétition où ils affronteront les meilleures équipes au monde : ils sont l’exemple qui prouve qu’il n’y pas de fatalité et qu’avec le travail, le courage, et la détermination, la médiocrité et l’incompétence peuvent être vaincues pour hisser le Sénégal parmi les plus grandes Nations du monde.

DEWENETI à toutes et à tous.

​​​​​​​​​

Karim WADE
​​​​​​ Candidat du Peuple

2 Comments

  1. Julitt

    juin 17, 2018 at 10:07

    Evitons les enfantillages en politique. D abord quelle preuve nous montre que ce texte est de karim. A quelque mois de 2019 comment il peut venir prendre la place de macky et toute l opposition réunie mieux tout le monde sait que le débat sur sa candidature n est pas evacue enfin avec toutes les personalites qui ont quitte le pds et la naissance d un liberalisme pluriel, le reste peut il gagner l apr et toute l opposition aux premier et deuxieme tours. Le reve la manipulation et le populisme POLITIQUES ont fait échouer le père ils ne pourront servir le fils complètement exclu de la réalité socio-politico-culturelle sénégalaise

    • Guillabert

      juin 19, 2018 at 5:47

      Même si le texte n’est pas écrit par karim il a des conseillers pour ça on sait tous que l’affaire karim est une affaire d’État politique comme le maire de dakar et d’autres qui se rallient au président actuel il a le droit de se présenter comme tout candidat beaucoup ne veulent plus de macky pourquoi ??????

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *