( 13 Photos ) L’IMMIGRATION AMÉRICAINE REFUSE DE LIVRER UN CERTIFICAT DE CITOYENNETÉ A LA SÉNÉGALAISE NGOTY

L’IMMIGRATION AMERICAINE REFUSE DE LIVRER UN CERTIFICAT DE CITOYENNETE A LA SENEGALAISE NGOTY: Le Sénateur Tim Kaine s’approprie le combat ; Joanna Boyle craint un voyage sans retour

Qu’est-ce qui bloque au niveau du service de l’immigration des Etats-Unis pour que le certificat de citoyenneté ne soit toujours pas approuvé ? Depuis qu’elle a démissionné de son poste pour revenir au Sénégal afin de conclure les documents d’adoption de la Sénégalaise Ngoty, âgée de 6 ans, Joanna Boyle attend toujours une garantie. Et le sénateur Tim Kaine a mis la pression afin que le certificat de citoyenneté soit délivré à Ngoty avant qu’elle ne revienne au Sénégal.

Joanna Boyle, l’ancienne entraineuse de basketball féminine de Virginie, devra prendre son mal en patience avant de voir sa fille adoptive, la petite Ngoty, originaire de Tambacounda, être reconnue comme une citoyenne américaine. En effet, après avoir démissionné de son poste de coach, Joanna Boyle pensait que les services de l’immigration allaient lui fournir des documents garantissant qu’elle pouvait revenir au pays de l’oncle Sam sans que sa fille reste bloquée au Sénégal. En clair, Joanna Boyle est toujours dans l’attente que les services de l’immigration approuvent le certificat de citoyenneté qu’elle a déposé depuis le mois janvier. D’ailleurs, le sénateur Tim Kaine s’est saisi de cette affaire en publiant un communiqué pour plaider en faveur de la petite Ngoty. «Joanna a déjà démissionné de son travail, s’est engagée à prendre toutes les mesures nécessaires pour garder sa famille ensemble», a déclaré Tim Kaine, le sénateur de Virginie, dans un communiqué. «Les fonctionnaires de l’immigration ont le pouvoir d’accorder cette approbation – et ils devraient le faire – afin que Joanna et Ngoty n’aient pas à dire au revoir à la communauté qu’elles aiment» a ajouté le sénateur. Le cas de Ngoty s’est singulièrement compliqué quand, en 2015, Boyle l’a emmenée aux États-Unis avec un visa touristique, explique Tim Kaine. Boyle a dit qu’elle a obtenu le visa parce que Ngoty était malade, et elle voulait s’assurer que l’enfant recevrait des soins médicaux appropriés. Elle et son avocate, Irene Steffas, ont déclaré que l’ambassade des États-Unis au Sénégal savait que Boyle était dans un processus d’adoption et l’avait aidée à obtenir le visa. Pour le moment, les services de citoyenneté et d’immigration américains n’approuveront pas ce qu’on appelle un formulaire I-600, un préalable à la vérification consulaire finale au Sénégal, qui va aboutir au certificat de citoyenneté jusqu’à ce que Ngoty soit de retour dans son pays d’origine, a soutenu l’avocate de Joanna. Mais Boyle s’inquiète que s’ils quittent le pays sans le formulaire approuvé, qu’ils ont présenté en janvier 2017, ils pourraient rencontrer d’autres problèmes ou retards qui les obligeraient à rester dans le pays, à plus de 4000 miles de leur Charlottesville, en Virginie, de la maison et de l’école de Ngoty. «Nous sommes tous sur le point de quitter les Usa et de le faire de la bonne façon», a déclaré Boyle. « C’est juste que partir sans aucune sorte de documentation ne nous garantit rien du tout…nous pourrions juste être bloquées au Sénégal, pour juste attendre, attendre et attendre» soutient Joanna Boyle.
Samba THIAM

jotaay.net

In this Jan. 27, 2015, photo, Ngoty, of Senegal, the adopted daughter of Viginia women’s basketball coach Joanne Boyle, rests on a basketball as she plays with members of the women’s basketball team in Charlottesville, Va. Each trip to Senegal to try and adopt Ngoty entailed an eight-hour flight to Dakar from Washington’s Dulles International Airport, then a rugged drive of nearly 300 miles that could take 8-9 hours, or longer on the trips when Boyle and her driver blew a tire or their car overheated in the 120-degree temperatures. (AP Photo/Alex Brandon)

In this Jan. 27, 2015, photo, Ngoty, the adopted daughter of Virginia women’s basketball coach Joanne Boyle, holds the hand of her adopted mother as Pastor William Washington leads a prayer, at Bridge Outreach Church in Charlottesville, Va. In May 2008, when she was the head coach at California, the team traveled to Senegal for international games and visited an orphanage. She left inspired. (AP Photo/Alex Brandon)

In this Jan. 27, 2015, photo, Ngoty, the adopted daughter of coach Joanne Boyle, smiles as she plays with Aliyah Huland El after a practice of the Virginia women’s basketball team in Charlottesville, Va. Boyle has developed a unique arrangement. Ngoty spends much of her day with her grandmother, then often turns up in the gym near the end of practice. She is getting to know the arena _ and her mother’s office _ almost as well as her new house. (AP Photo/Alex Brandon)

In this Jan. 27, 2015, photo, University of Virginia basketball player Sarah Beth Barnette shoots a basket as she plays with Ngoty, the adopted daughter of Virginia women’s basketball coach Joanne Boyle, in Charlottesville, Va. With recruiting and film study, meetings and practice, games at home and on the road, Boyle’s basketball life didn’t allow her to slow down. The solution: Ngoty would be part of the team, too. (AP Photo/Alex Brandon)

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *