La députée Awa Gueye refuse depuis 2 ans de payer les 900 000 qu’elle doit à

La députée Awa Gueye refuse depuis 2 ans de payer les 900 000 qu’elle doit à la bijouterie « La Rontonde »

La 2e vice-présidente de l’Assemblée nationale avait pris à crédit des bijoux d’une valeur de 3 millions Fcfa en 2015. Après avoir avancé une somme de 1 million, la députée Awa Gueye a payé quelques traites avant de zapper ses créditeurs de la bijouterie « La Rotonde »
Elle ne répond plus aux appels ni aux messages.
Les gérants de ladite bijouterie font planer une plainte sur sa tête. Mais à chaque fois qu’elle est appelée, elle dit qu’elle est occupée ou qu’elle est en réunion. Ce qui pousse ces créanciers à se demander si la députée de Kaolack est au-dessus de la loi. D’après le journal « Les Echos », qui donne l’information, la dame est allée jusqu’à organiser les conditions d’injoignabilité par les éléments en charge de recouvrer les créances pour le compte de la bijouterie.

Son statut de parlementaire et de personnalité connue du régime en place lui ont permis de convaincre facilement le gérant à lui accorder un crédit. Ainsi, après avoir avancé 1 million (sur les 3 millions) et s’était engagée à payer le reste selon un moratoire par parfaite entente.

La source du journal indique qu’au début, la 2e vice-présidente de l’Assemblé nationale était très réglo. Ella a payé jusqu’à concurrence de 1.720. 000 Fcfa, durant l’année 2015. Seulement, pendant toute l’année 2016, Awa Gueye n’a rien versé dans les comptes de la bijouterie. C’est 2017, qu’elle a recommencé à payer, après plusieurs relances. Peu de temps après, elle a repris ses habitudes de « mauvais payeur ». Ce qui fait qu’à ce jour, elle doit la somme de 900 000 Fcfa.

Les services de la bijouterie ont décidé de se rapprocher du président du groupe parlementaire de Benno Bokk Yakaar (Bby) pour le mettre à contribution afin d’amener sa collègue à payer l’argent qu’elle doit à la bijouterie.

Awa Guèye est dans l’œil du cyclone ! La bijouterie «La Rotonde» auprès de laquelle elle avait pris à crédit des bijoux d’une valeur totale de trois millions de nos francs, menace de la poursuivre en justice. Une dette qui date de… 2015. Après avoir avancé 1 million de francs Cfa, Awa Guèye a payé quelques traites avant de faire… la morte. A ce jour, elle reste devoir 900.000 francs à la bijouterie. Et les nombreuses relances n’y font rien. Pire, elle ne prend même plus les appels des agents de recouvrement…

A qui faire confiance finalement dans ce pays, si ce sont les gens censés être crédibles qui n’honorent pas leurs engagements ? Depuis quelques semaines, la deuxième vice-présidente de l’Assemblée nationale est citée dans une sombre affaire d’abus de confiance. Awa Guèye avait pris, dans le courant de l’année 2015, des bijoux d’une valeur d’environ trois (3) millions de nos francs, à crédit, à la bijouterie «La Rotonde». Mais, depuis qu’elle a fait une avance de 1 million de nos francs, puis une autre partie de la somme qu’elle restait devoir, elle fait… «la morte». Conséquences : une plainte plane sur sa tête. Elle ne répond plus, dit-on, aux messages et à chaque fois qu’elle est appelée sur le sujet, elle dit qu’elle est occupée, qu’elle est en réunion, sans jamais refaire signe de vie. Comme si elle était au-dessus de la loi, elle est allée jusqu’à organiser les conditions de son injoignabilité par les éléments en charge de recouvrer les créances pour le compte de la bijouterie.
Vu son statut de parlementaire et de personnalité connue du régime, elle n’avait en effet eu aucun mal à convaincre le gérant à lui donner les bijoux à crédit. Après discussions, elle a avancé un million (sur les trois) et s’était engagée à payer le reste selon un moratoire par parfaite entente. Nos sources de rapporter qu’au début, qu’elle était très réglo. Elle a payé jusqu’à concurrence de 1.720.000 francs Cfa. Ça, c’était en 2015. Pour 2016, elle n’a rien versé dans les comptes de la bijouterie. C’est en 2017 qu’elle a recommencé à payer. Ce, après plusieurs relances. Mais chassez le naturel, il revient au galop. Elle va vite arrêter à nouveau d’honorer ses engagements.

Dette de 900.000 francs qu’elle tarde à honorer

A ce jour, elle reste devoir à la bijouterie 900.000 francs Cfa. Et selon nos informations, la bijouterie voulait même porter plainte contre elle dans un commissariat de la place. Mais, vu son statut de député et le fait qu’elle était en pleine session au moment où ils (les gens de la bijouterie) étaient sur le point de porter plainte contre elle, les services de la bijouterie ont convenu d’attendre le moment propice et de chercher d’autres canaux pour lui faire entendre raison. C’est dans ce sens qu’il a même été suggéré de se rapprocher de Aymérou Gningue, l’actuel président du groupe parlementaire de la majorité, pour le mettre à contribution afin de l’amener à payer l’argent qu’elle reste devoir à la bijouterie.

Après plusieurs tentatives de prendre sa version, c’est vers 1h du matin que la députée Awa guèye a réagi à nos appels et sms. Awa Guèye reconnait devoir effectivement de l’argent à la bijouterie. Mais elle réfute le fait d’organiser son injoignabilité. Juste avant qu’elle n’entre en réunion, dit-elle, le gars en charge de recouvrer les créances l’a appelée. Ils se sont parlé et elle avait promis de rappeler une fois qu’elle sera libre. Awa Guèye ajoute aussi que pour la dette qui traîne depuis 2015, elle passera à la caisse et honorera ses engagements.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *