Divorce du couple Serigne Mboup et Yaye F. Diagne : Les vérités de Aliou Sall

Il fallait en arriver là avec le tollé médiatique né de l’annonce du divorce entre l’homme d’affaires Serigne Mboup et la responsable politique de Ngathie, Yaye Fatou Diagne. Cité comme principal acteur de cette rupture, Aliou Sall a tenu à rétablir la vérité.

Une vidéo, montrant Yaye Fatou Diagne sur du « Ngoyaan » devant un Aliou Sall égayé, avait suscité énormément de suspicions. Indexée comme étant la cause même du divorce entre Serigne Mboup et son désormais ex compagne.

Réagissant à cela, le maire de Guédiawaye de dire à notre confrère Amaray Gueye que « contrairement à ce que laisse croire la rumeur publique, je ne suis ni de près ni de loin impliqué dans le divorce entre le directeur de CCBM et son épouse. Ce jour-là j’étais en visite de courtoisie chez Bamba Fall, en compagnie de mon épouse ».

Aliou Sall semble savoir d’où vient la rumeur et constate que ses « adversaires (politiques) ont décidé d’utiliser des armes non conventionnelles pour (l)’atteindre. Mais leur entreprise funeste, infâme et lâche de déstabilisation morale est vouée à l’échec. Ils n’ont qu’à continuer à me servir dans un plat de chiens, je n’y mangerai pas ».

Aliou Sall sur le divorce entre Yaye Fatou et Serigne Mboup: « Je n’en suis pour rien »

Accusé d’avoir été à l’origine du divorce entre Yaye Faou Diagne et Serigne Mboup, Aliou Sall brise enfin le silence. Le maire de Guediawaye dit n’être mêlé ni de près ni de loin à cette affaire. « Contrairement à ce que laisse croire la rumeur publique, je ne suis ni de près ni de loin impliqué dans le divorce entre le directeur de Ccbm et son épouse. Ce jour-là, j’étais en visite de courtoisie chez Bamba Fall, en compagnie de mon épouse. A défaut de pouvoir s’armer de courage pour m’affronter en face, mes adversaires ont décidé d’utiliser des armes non conventionnelles pour m’atteindre. Mais leur entreprise funeste, infâme et lâche de déstabilisation morale est vouée à l’échec. », a confié le frère du président de la République au journal L’Observateur. « Ils n’ont qu’à continuer à me servir dans un plat de chiens, je n’y mangerai pas », ajoute Aliou Sall.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *