( 05 Photos ) Au Brésil le président le plus « aimé » condamné à 12 ans de prison, se rend à la police

« Je ne suis pas au-dessus des lois », a dit l’ancien président à ses partisans, réunis au siège du syndicat des métallurgistes, le berceau de sa carrière politique.

A la foule en larmes, il a assuré, bombant le torse : « On tue un combattant, mais la révolution continue. » Essoufflé et ému, le vieil homme a alors confirmé sa reddition. « Je ne me cache pas. Je n’ai pas peur (…), a-t-il dit. La tête haute, je dirai au représentant de la police : “je suis à votre disposition.” »
Dans l’après-midi du samedi 7 avril, après une messe en hommage à son épouse défunte et un long plaidoyer de cinquante-cinq minutes, l’ancien président brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva, a fini par obéir à la justice.

Porté par les militants, scandant le poing levé « Lula guerrier du peuple brésilien », l’ancien chef d’Etat s’est d’abord replié à l’intérieur du syndicat des métallos, à Sao Bernardo do Campo dans la banlieue de Sao Paulo. Bloqué plusieurs fois par les manifestants qui refusaient sa reddition, il a fini par partir, à pied, à 18 h 45, pour rejoindre les locaux de la police fédérale.

Generated by IJG JPEG Library

Generated by IJG JPEG Library

Douze ans et un mois de prison
Ce soir, l’icône de la gauche, « père des pauvres » et porte-parole de la lutte ouvrière, dormira dans une cellule de quelques mètres carrés pour purger une peine douze ans et un mois de prison. Les suites d’une condamnation infligée le 24 janvier pour des faits de corruption que l’ancien syndicaliste continue de nier.

« Dans quelques jours, la justice prouvera que celui qui a commis un crime, c’est le policier qui m’a accusé, le juge qui m’a condamné. » Et, rappelant les progrès sociaux spectaculaires accomplis lors de ses deux mandats, il poursuit : « Il y a très longtemps, j’ai rêvé qu’il était possible pour un métallurgiste sans diplôme universitaire de s’occuper davantage d’éducation que les diplomates et les privilégiés qui gouvernent ce pays. Si c’est ça le crime que j’ai commis, alors je resterai un criminel, car je vais commettre beaucoup, beaucoup d’autres crimes. »

Quarante ans après avoir orchestré, sous la dictature militaire (1964-1985) une grève historique dans le syndicat signant le démarrage de sa carrière politique, Lula y tire sa révérence. Avec un certain panache dénué de modestie, il adoube la relève, embrassant Manuel d’Avila, candidate du Parti communiste brésilien (PCdoB) à l’élection présidentielle d’octobre, et Guilherme Boulos du Parti socialisme et liberté, (PSOL), omettant curieusement de présenter celui qui promet d’être le candidat de son propre parti, le Parti des travailleurs (PT), l’ancien maire de Sao Paulo, Fernando Haddad.

Fier d’avoir su propager ses idées au sein d’une jeunesse militante, il rassure ceux qui le pensent irremplaçable : « Il y a des millions et des millions de Lula. Mon cœur continue de battre dans vos cœurs. » Et devant un parterre de ses fidèles, submergé d’émotion, il conclut : « Ils ne pourront pas emprisonner nos rêves. »

Comme un Dieu
« Une page de l’histoire du Brésil se tourne », commente l’historien Luiz Felipe de Alencastro. « Lula est un leader social et politique depuis plus de trente ans. Il a fait campagne, ville par ville, village par village. Il connaît le pays parfaitement. Il est né pauvre, n’a pas dépassé l’école primaire, il représente la majorité sociale des Brésiliens », souligne-t-il.

Chaviré par la condamnation de celui qu’ils vénèrent comme un Dieu, un petit groupe de sympathisants guettait encore Lula à l’aéroport Congonhas de Sao Paulo, où l’ex-métallo devait embarquer dans un avion affrété par la police fédérale pour rejoindre Curitiba, la ville du juge Sergio Moro, chargé de l’opération anti-corruption « Lava Jato » (« Lavage express »). Là, un autre groupe, hostile à l’ex-chef d’Etat, attendait de célébrer l’incarcération de celui qu’ils considèrent comme « le plus grand bandit de l’histoire du pays ».

Les bagarres entre les pro et les anti-Lula auront émaillé les mobilisations de ces derniers jours. Des affrontements emblématiques des déchirures du pays et des sentiments mêlés suscités par « Lava Jato » : une déferlante judiciaire qui, en mettant derrière les verrous cols blancs et politiciens, a jeté une lumière crue sur les pratiques crapuleuses des élites de Brasilia. Signant la fin de l’impunité pour les uns, elle s’est réduite, pour les autres, à une chasse à l’homme visant à abattre le PT et sa principale figure, Lula.

« Ne pensez pas que je suis contre Lava Jato », a précisé Lula, samedi, « Lava Jato, si elle attrape un escroc qui a volé, doit l’arrêter. Nous voulons tous cela. Tous, tout au long de notre vie, nous nous sommes dit : au Brésil on n’arrête que les pauvres, on n’arrête pas les riches. » Mais d’ajouter « je ne suis pas au-dessus de la justice, mais je crois en la justice fondée sur des preuves concrètes, pas des convictions ».

« Fatigué mais très détendu »
L’arrestation de Lula, plus de 24 heures après l’expiration du délai fixé au vendredi 6 avril à 17 heures, par le juge Moro, a laissé le temps à l’ancien tourneur de l’usine Volkswagen de remuer les vieux souvenirs de combat pour les droits des travailleurs et la démocratie.

Parmi les « companheiros » venus le saluer dans le syndicat où il s’était réfugié, figuraient Djalma Bom, syndicaliste enfermé à ses côtés en 1980 par les militaires et le sénateur Eduardo Supplicy, qui aurait proposé à Lula de faire la moitié de sa peine. « Et pourquoi pas la totalité ? », aurait répondu Lula dans un grand éclat de rire. « Il était fatigué mais très détendu », raconte l’un des proches de l’ancien président présent ces dernières 24 heures.

Après avoir embrassé ses fils en larmes, Lula devait rejoindre le pénitencier de Curitiba, espérant que son incarcération suscitera une vague de protestation sociale.

Mais si une partie du pays le vénère, elle n’oublie pas les erreurs, compromissions et trahisons commises au cours des treize années de pouvoir du PT. « Le “Lulisme” ne meurt pas avec la condamnation de l’ancien tourneur. Mais il devra se réinventer », estime André Singer dans une tribune publiée par le quotidien Folha de Sao Paulo.

Samedi une partie du pays pleurait la disgrâce de l’ancien chef d’Etat, l’autre célébrait sa chute. Mais personne n’était encore en mesure d’évaluer les conséquences que ce choc provoquerait sur le destin du pays.

lemonde.fr

1 Comment

  1. Mbaye

    avril 8, 2018 at 9:50

    Vous etes vraiment obligé de copie coller l article du journal le monde

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *