Le FIVE au tribunal ce jeudi : Sakhir Kébé réclame 2, 9 milliards à la bande à Latyr Ndiaye

Inculpés pour faux et usage de faux, Lat Dior Diop dit Latyr, Abdou Mbaxane Owens Ndiaye et Alioune Fall seront jugés ce jeudi 21 par le tribunal de Dakar. Les mis en cause sont poursuivis par Sakhir Kébé pour escroquerie. En 2011, le sieur Kébé avait acheté les 100 parts de la société 11 avenue Diamond à Latyr Diop, le complexe comprenait le restaurant Five et la discothèque Diamond. Pendant son voyage en France, Latyr Diop aurait falsifié les documents et mis en place une autre société dénommée V pour exploiter le cadre déjà vendu à son profit. Devant le tribunal, la partie civile réclamera en plus de la restitution, des dommages et intérêts estimés à 2,9 milliards représentant le manque à gagner et le préjudice subi depuis l’exploitation frauduleuse du FIVE.
Après un renvoi pour constitution du dossier, et les multiples subterfuges pour retarder la procédure, les conseils des parties dans l’affaire vont plaider le dossier ce Jeudi au tribunal correctionnel de Dakar. Dans cette procédure d’abus de confiance, faux et usage de faux, le montage fallacieux sur la paternité du complexe Five sera au centre des débats. Sakhir Ndiye, propriétaire légitime, poursuit en justice son ex-allié Latyr Ndiaye et ses complices pour usage de faux documents dans le but de le déposséder de son cadre. Floué par son ancien collaborateur qui a falsifié les documents et usé de subterfuges et faux pour s’approprier, illégalement, le cadre en question, le jeune entrepreneur sénégalais, de retour de son séjour français, a actionné la justice pour recouvrer son bien. Le domaine du litige en exploitation illégale depuis 2011 par les accusés, a reçue une mise en demeure de l’autorité préfectorale, qui avait pris un arrêté pour suspendre les activités jusqu’au dénouement judiciaire. Une injonction non respectée par le principal mis en cause qui profitera des recettes générées depuis plus de 5 ans, et dont le passé nébuleux sera aussi au centre des plaidoiries, avec la requête introduite par la partie plaignante estimant le préjudice subi à 2, 9 milliards.
Guerre des barons aux Almadies
Dans cette affaire qui tarde à connaitre son épilogue, et qui est au bout du tunnel, le profil des parties en conflit est tout aussi important que l’enjeu qui sera arbitré par le tribunal. En effet, Sakhir Kébé et Latyr Ndiaye sont dépeints comme les barrons des Almadies qui tirent les ficelles des nuits Dakaroise. Propriétaire et promoteur des milieux courus aux Almadies, Sakir Kébé est réputé depuis la France pour ses investissements florissants dans le domaine des clubs et espaces de loisirs. Plusieurs boites de la capitale Sénégalais portent son empreinte est l’exploitation du créneau, reste un challenge pour cet ancien émigré qui a trimé dur pour investir dans son pays. Face à lui, au banc des accusés, Latyr Ndiaye, dépeint comme un connaisseur du milieu et spécialiste de la reprise d’enseignes en difficulté. Doté d’une expérience dans le milieu, Latyr Ndiaye a piloté plusieurs cadres et c’est son expertise qui a favorisé sa collaboration avec celui qui le traine aujourd’hui en justice. Dans le dossier qui met en cause des complicités, comme le propriétaire du bail et une tierce personne impliquée dans le montage fallacieux, la plaidoirie des avocats qui débute ce jeudi sera décisive dans la reconstitution du business qui tient en haleine l’avenue la plus attrayante de Dakar. En attendant, pour éviter un mandat de dépôt, le « faux » propriétaire du FIVE, Latyr Diop, a remué ciel et terre pour éviter le glaive de la justice qui risque de l’éloigner un moment des lustres et paillettes nocturnes. Au regard des charges qui pèsent sur lui, Latyr Lat Dior Diop risque gros.

allodakar.sn

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *